A propos de...




LE MARBRE
COULEURS ET STRUCTURES



De l'Antiquité (Pline) au XVIII ème siècle, il a été cru que le marbre était une matière vivante et toutes les roches destinées à la sculpture étaient appelées improprement marbres.


Le mot "marbre", qui vient du grec "marmoros" (d'où l'adjectif marmoréen) et du latin "marmor", est une roche métamorphique dérivée du calcaire (calcite), d'une grande diversité de coloris allant du blanc au noir, pouvant présenter des marbrures (veines et coloris étant dus à des inclusions d'oxydes métalliques). Par exemple, certains marbres, comme le "vert antique", sont composés de calcaire et de serpentine (ophicalce).
La sensation de froid du marbre, malgré la température ambiante, est due à sa forte effusivité thermique (qui est la capacité à échanger l'énergie thermique avec l'environnement).


Au XIXème siècle, la seule pierre envisageable pour la sculpture était un marbre blanc de Carrare, censé ressembler au substrat des oeuvres de la Grèce antique (les fameux Paros, Pentélique, Scio ou Naxos) - compensation liée à une période marquée par un manque de repères esthétiques ?
Les choses ont un peu changé : après cette période de retour aux sources, beaucoup de sculpteurs se sont progressivement intéressés aux variétés noires (marbre belge notamment) et aux marbres légèrement veinés, considérés pourtant encore à ce jour comme "demi-statuaires", c'est-à-dire blancs comme les "statuaires", mais traversés de discrètes pigmentations jaunes, violacées, etc., voire aux marbres franchement veinés, micacés, impurs, auparavant réservés aux usages décoratifs.
La richesse "picturale" d'un marbre veiné ou micacé est souvent si grande qu'il n'est pas forcément aisé de s'accommoder de son expressivité. Le sculpteur contemporain en tient compte. Il agit souvent sur la pierre comme un peintre sur un tableau déjà plus qu'ébauché, d'une manière moins volontaire que dans le passé. Il regarde, il "écoute" le minéral qu'il a choisi, pas celui que la convention ou la mode ont choisi.




Dans la vidéo qui suit, je vous présente un grand choix de couleurs et de textures de marbre.



video



Si le marbre sert principalement en décoration et en sculpture,
Le mot "marbre" a pris, jusqu'à nos jours, bien d'autres significations:




  1. En art graphique il s'agit d'une table sur laquelle on place :les pages pour les "imposer" - ce qui signifie les ranger, disposer les pages qui doivent composer une forme de façon, à ce qu'elles se trouvent dans un ordre convenable sur la feuille imprimée et pliée  et les "formes" pour les corriger sur une table de presse sur laquelle on place la forme dont on doit tirer l'épreuve.
  2. En imprimerie, c'est une surface en fonte dure, parfaitement plane, servant à planéité d'une surface ou utilisée comme plan de référence dans le traçage.
  3. Pour ce qui est de l'art, c'est (aussi !) la pierre qui sert à broyer les produits et les couleurs. 
  4. L'histoire (jurisprudence d'Ancien Régime) le présente comme chacune des juridictions de la connétablie, de l'amirauté et des eaux et forêts. 
    • Le grand Corneille était, dans sa jeunesse, avocat du roi à la table de marbre de Rouen.
  5. Pour le journalisme, c'est un article composé, mis en réserve afin d'une future parution.
    • Avoir du marbre : Avoir par devers soi de la composition toute prête.
  6. Par extension, à la Radio-Télévision, c'est un support enregistré d'une émission prête à être diffusée. 
  7. Quant au sport, nous retrouvons ce mot pour la quatrième des quatre bases à laquelle les joueurs de Baseball doivent toucher pour marquer un point.
  8. En littérature, tout le monde connaît l'expression "être (ou rester) de marbre" ! (froid et insensible, impassible, impavide.
  9. Le faux marbre s'appelle le stuc.

En conclusion, le marbre est de si noble nature qu'il s'intègre parfaitement à la vie de l'homme, même un peu trop parfois puisqu'à Carrare la majorité de la production sert en cosmétologie où il est réduit en poudre et ajouté comme élément neutre avec, évidemment, un poids conséquent !

       LA VIE EST AU COEUR DE TOUT


          Présentation d'une sculpture en marbre de Carrare 

                       "LA MAIN"



   

         Travail de finition à l'aide de 
                       divers outil
                        d'abrasage


       puis utilisation de papiers de verre 
                     grain fin à très fin 
                  type papier carrosserie
                       
        
          Le marbre est presque parfait...
      il ne manque plus que de fignoler 
      la finition au papier "carrosserie"


           L'oeuvre est enfin achevée 
             2 ans environ de travail 
               entre taille et finition

                  
                     Exposition à Lyon
            
               au Salon Est et Sud-Est

  

                                               hauteur de la sculpture : 70 cm
                 D'autres sculptures sont à venir sur ce blog, juste le temps de les mettre...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire